20h

Tracé(s)

Cairn

Programme aux sensibilités variées, musique qui sait être à la fois rythmique et tellurique (Leroux), à la fois contemplative (Mutic) et explorative de timbres improbables (Baba/Pelz), programme cosmopolite : France, Israël, Japon, Serbie.

 

Le concert de musique chambre proposé par l’ensemble Cairn s’articule autour d’une formation à la fois inattendue et à la fois homogène : piano, accordéon (et accordéon microtonal), violon et violoncelle. Deux instruments harmoniques (le piano et l’accordéon) dialoguent avec deux instruments à cordes (violon et violoncelle).

 

Le programme explore les différentes combinaisons de ces instruments et parcourt l’histoire des dernières années à travers diverses générations. D’un côté, un compositeur expérimenté et reconnu (Philippe Leroux), puis une compositrice ayant atteint les plaines de la maturité (Noriko Baba), enfin deux autres compositeurs, plus jeunes et encore dans les affres stimulantes du devenir : la compositrice serbe née en 1984 Sonja Mutic et le compositeur franco-israélien Ofer Pelz né en 1978 qui offrira pour ce concert une nouvelle partition, Tracé (commande de l’État français, aide à l’écriture).

En prélude...
Toshio Hosokawa

Elegy pour violon

Ayane Kawamura, violon
étudiante au CNSMDP, DAI répertoire contemporain

Noriko Baba

Shiosai - Tumulte des flots

piano, violon et violoncelle

Philippe Leroux

De l’épaisseur
accordéon, violon et violoncelle

Sonja Mutić

Weiß
violon-violoncelle, piano et accordéon

Ofer Pelz

Tracé
Création mondiale, aide à l’écriture d’œuvre musicale originale et le soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec
piano, accordéon, violon et violoncelle
Caroline Cren, piano
Fanny Vicens, accordéon
Pauline Klaus, violon
Éric-Maria Couturier, violoncelle

20h

Tracé(s)

Cairn

Programme aux sensibilités variées, musique qui sait être à la fois rythmique et tellurique (Leroux), à la fois contemplative (Mutic) et explorative de timbres improbables (Baba/Pelz), programme cosmopolite : France, Israël, Japon, Serbie.

 

Le concert de musique chambre proposé par l’ensemble Cairn s’articule autour d’une formation à la fois inattendue et à la fois homogène : piano, accordéon (et accordéon microtonal), violon et violoncelle. Deux instruments harmoniques (le piano et l’accordéon) dialoguent avec deux instruments à cordes (violon et violoncelle).

 

Le programme explore les différentes combinaisons de ces instruments et parcourt l’histoire des dernières années à travers diverses générations. D’un côté, un compositeur expérimenté et reconnu (Philippe Leroux), puis une compositrice ayant atteint les plaines de la maturité (Noriko Baba), enfin deux autres compositeurs, plus jeunes et encore dans les affres stimulantes du devenir : la compositrice serbe née en 1984 Sonja Mutic et le compositeur franco-israélien Ofer Pelz né en 1978 qui offrira pour ce concert une nouvelle partition, Tracé (commande de l’État français, aide à l’écriture).

Noriko Baba

Shiosai - Tumulte des flots

piano, violon et violoncelle

Philippe Leroux

De l’épaisseur

accordéon, violon et violoncelle

Sonja Mutić

Weiß

violon-violoncelle, piano et accordéon

Ofer Pelz

Tracé

Création mondiale, aide à l’écriture d’œuvre musicale originale et le soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec
piano, accordéon, violon et violoncelle
Caroline Cren, piano
Fanny Vicens, accordéon
Pauline Klaus, violon
Éric-Maria Couturier, violoncelle

En prélude...

Toshio Hosokawa​

Elegy pour violon

Ayane Kawamura, violon
étudiante au CNSMDP, DAI répertoire contemporain

20h

Tracé(s)

Cairn


Programme aux sensibilités variées, musique qui sait être à la fois rythmique et tellurique (Leroux), à la fois contemplative (Mutic) et explorative de timbres improbables (Baba/Pelz), programme cosmopolite : France, Israël, Japon, Serbie.

Le concert de musique chambre proposé par l’ensemble Cairn s’articule autour d’une formation à la fois inattendue et à la fois homogène : piano, accordéon (et accordéon microtonal), violon et violoncelle. Deux instruments harmoniques (le piano et l’accordéon) dialoguent avec deux instruments à cordes (violon et violoncelle).

Le programme explore les différentes combinaisons de ces instruments et parcourt l’histoire des dernières années à travers diverses générations. D’un côté, un compositeur expérimenté et reconnu (Philippe Leroux), puis une compositrice ayant atteint les plaines de la maturité (Noriko Baba), enfin deux autres compositeurs, plus jeunes et encore dans les affres stimulantes du devenir : la compositrice serbe née en 1984 Sonja Mutic et le compositeur franco-israélien Ofer Pelz né en 1978 qui offrira pour ce concert une nouvelle partition, Tracé (commande de l’État français, aide à l’écriture).

Noriko Baba

Shiosai - Tumulte des flots

piano, violon et violoncelle

Philippe Leroux

De l’épaisseur

accordéon, violon et violoncelle

Sonja Mutić

Weiß

violon-violoncelle, piano et accordéon

Ofer Pelz

Tracé

Création mondiale, avec l’aide à l’écriture d’œuvres musicales nouvelles originales et le soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec
piano, accordéon, violon et violoncelle
Caroline Cren, piano
Fanny Vicens, accordéon
Pauline Klaus, violon
Éric-Maria Couturier, violoncelle

En prélude...

Toshio Hosokawa
Elegy pour violon

Ayane Kawamura, violon

étudiante au CNSMDP, DAI répertoire contemporain

Des rendez-vous singuliers où la parole libère des sons, ou plutôt laisse la place aux sons pour mieux tourner autour d’un mot, d’une notion, d’une idée. Ou comment faire dialoguer les mots qui disent ce que l’on entend avec les sons eux-mêmes.

Blablas et circonférences...

par Clément Lebrun

Des rendez-vous singuliers où la parole libère des sons, ou plutôt laisse la place aux sons pour mieux tourner autour d’un mot, d’une notion, d’une idée. Ou comment faire dialoguer les mots qui disent ce que l’on entend avec les sons eux-mêmes.

Blablas et circonférences...

par Clément Lebrun

Blablas
et circonférences...

par Clément Lebrun

Des rendez-vous singuliers où la parole libère des sons, ou plutôt laisse la place aux sons pour mieux tourner autour d’un mot, d’une notion, d’une idée. Ou comment faire dialoguer les mots qui disent ce que l’on entend avec les sons eux-mêmes.

21h30

Pulse

Court-Circuit

Trois pièces pour instrument solo et électronique qui, malgré leurs évidentes différences, partagent un point commun : l’énergie rythmique.


Dans New York Counterpoint de Reich, l’électronique se résume à un enregistrement réalisé par le clarinettiste des différents patterns rythmiques en phase ou déphasage avec la partie soliste jouée en direct. Lara Morciano, au contraire, propose un traitement du soliste en temps réel. Certaines caractéristiques sonores de l’instrument sont amplifiées : composantes percussives, soufflées, bruitées… et donnent lieu à une prolifération de matériaux similaires, créant ainsi un dialogue à la fois éthéré et rythmique. Enfin, dans Série rose de Jodlowski, l’électronique s’avère différente encore puisqu’elle est composée de sons fixés hétérogènes – avec des séquences parfois volontairement groove – qui servent la dramaturgie. La pièce, inspirée par le sexe, la pornographie et les conversations amoureuses, nous emmène sur un chemin chaotique interrompu par des pauses ambigument colorées. Nous nous accrochons à un pouls puis nous nous perdons dans des conversations imaginaires, entourés de voix et de respirations, de gémissements sensuels. Il n’y a pas d’autre couleur que ce terrible rose, une image indestructible et terrible de l’amour.

Steve Reich

New York Counterpoint

clarinette et électronique

Lara Morciano

Embedding tangles

flûte et électronique

Pierre Jodlowski

Série rose*

piano et électronique

Anne Cartel, flûte
Pierre Dutrieu, clarinette
Jean-Marie Cottet, piano
* En partenariat avec éOle - studio de création musicale

21h30

Pulse

Court-circuit

Trois pièces pour instrument solo et électronique qui, malgré leurs évidentes différences, partagent un point commun : l’énergie rythmique.


Dans New York Counterpoint de Reich, l’électronique se résume à un enregistrement réalisé par le clarinettiste des différents patterns rythmiques en phase ou déphasage avec la partie soliste jouée en direct. Lara Morciano, au contraire, propose un traitement du soliste en temps réel. Certaines caractéristiques sonores de l’instrument sont amplifiées : composantes percussives, soufflées, bruitées… et donnent lieu à une prolifération de matériaux similaires, créant ainsi un dialogue à la fois éthéré et rythmique. Enfin, dans Série rose de Jodlowski, l’électronique s’avère différente encore puisqu’elle est composée de sons fixés hétérogènes – avec des séquences parfois volontairement groove – qui servent la dramaturgie. La pièce, inspirée par le sexe, la pornographie et les conversations amoureuses, nous emmène sur un chemin chaotique interrompu par des pauses ambigument colorées. Nous nous accrochons à un pouls puis nous nous perdons dans des conversations imaginaires, entourés de voix et de respirations, de gémissements sensuel. Il n’y a pas d’autre couleur que ce terrible rose, une image indestructible et terrible de l’amour.

Steve Reich

New York Counterpoint

clarinette et électronique

Lara Morciano

Embedding tangles

flûte et électronique

Pierre Jodlowski

Série rose*

piano et électronique

Anne Cartel, flûte
Pierre Dutrieu, clarinette
Jean-Marie Cottet, piano
* En partenariat avec éOle - studio de création musicale

21h30

Pulse

Court-circuit

Trois pièces pour instrument solo et électronique qui, malgré leurs évidentes différences, partagent un point commun : l’énergie rythmique.


Dans New York Counterpoint de Reich, l’électronique se résume à un enregistrement réalisé par le clarinettiste des différents patterns rythmiques en phase ou déphasage avec la partie soliste jouée en direct. Lara Morciano, au contraire, propose un traitement du soliste en temps réel. Certaines caractéristiques sonores de l’instrument sont amplifiées : composantes percussives, soufflées, bruitées… et donnent lieu à une prolifération de matériaux similaires, créant ainsi un dialogue à la fois éthéré et rythmique. Enfin, dans Série rose de Jodlowski, l’électronique s’avère différente encore puisqu’elle est composée de sons fixés hétérogènes – avec des séquences parfois volontairement groove – qui servent la dramaturgie. La pièce, inspirée par le sexe, la pornographie et les conversations amoureuses, nous emmène sur un chemin chaotique interrompu par des pauses ambigument colorées. Nous nous accrochons à un pouls puis nous nous perdons dans des conversations imaginaires, entourés de voix et de respirations, de gémissements sensuels. Il n’y a pas d’autre couleur que ce terrible rose, une image indestructible et terrible de l’amour.

Steve Reich

New York Counterpoint

clarinette et électronique

Lara Morciano

Embedding tangles

flûte et électronique

Pierre Jodlowski

Série rose

piano et électronique

Anne Cartel, flûte
Pierre Dutrieu, clarinette
Jean-Marie Cottet, piano
* En partenariat avec éOle - studio de création musicale