Ensemble. Voilà bien un mot qui illustre nos désirs après cette période si particulière : nous retrouver, partager, jouer, penser et prendre du plaisir ensemble.

 

Ensemble c’est aussi l’un des mots usuels des compositeurs. Pas tout à fait un orchestre ni un groupe de musique de chambre, juste une formation de musiciens qui se retrouvent ensemble, le temps d’une musique.

 

Pour cette première édition, les ensembles 2e2m, Cairn, Court-circuit, Multilatérale et Sillages unissent leurs forces, leur vivacité et leur inventivité.

 

Durant trois jours, chacun présentera un programme de son crû mettant en lumière des compositeurs de toutes générations, esthétiques et provenances confondues. En clôture, un sixième concert réunira les cinq ensembles sur scène autour d’œuvres en grande formation dont les créations de deux commandes : l’une au jeune compositeur Théo Mérigeau, l’autre à la Japonaise Noriko Baba, marraine de cette première édition.

 

Et, au-delà des concerts, les trois soirées seront ponctuées de « blablas et circonférences » pour échanger, discuter, dialoguer autour de ce qu’on a entendu mais aussi des enjeux qui ont conduit à la création du Festival Ensemble(s).

 

Continuer à créer, à inventer, à innover ensemble c’est résister aux choses qui passent, c’est en quelque sorte donner une permanence à ce qui disparaît, mais c’est aussi et surtout poursuivre cette quête de l’inouï qui ne peut être tournée que vers l’avenir.

 

Ensemble(s) c’est, comme son nom le suggère, un projet et un festival plein d’espoir.

Ensemble. Voilà bien un mot qui illustre nos désirs après cette période si particulière : nous retrouver, partager, jouer, penser et prendre du plaisir ensemble.

 

Ensemble c’est aussi l’un des mots usuels des compositeurs. Pas tout à fait un orchestre ni un groupe de musique de chambre, juste une formation de musiciens qui se retrouvent ensemble, le temps d’une musique.

 

Pour cette première édition, les ensembles 2e2m, Cairn, Court-circuit, Multilatérale et Sillages unissent leurs forces, leur vivacité et leur inventivité.

 

Durant trois jours, chacun présentera un programme de son crû mettant en lumière des compositeurs de toutes générations, esthétiques et provenances confondues. En clôture, un sixième concert réunira les cinq ensembles sur scène autour d’œuvres en grande formation dont les créations de deux commandes : l’une au jeune compositeur Théo Mérigeau, l’autre à la Japonaise Noriko Baba, marraine de cette première édition.

 

Et, au-delà des concerts, les trois soirées seront ponctuées de « blablas et circonférences » pour échanger, discuter, dialoguer autour de ce qu’on a entendu mais aussi des enjeux qui ont conduit à la création du Festival Ensemble(s).

 

Continuer à créer, à inventer, à innover ensemble c’est résister aux choses qui passent, c’est en quelque sorte donner une permanence à ce qui disparaît, mais c’est aussi et surtout poursuivre cette quête de l’inouï qui ne peut être tournée que vers l’avenir.

 

Ensemble(s) c’est, comme son nom le suggère, un projet et un festival plein d’espoir.

Edito

Ensemble. Voilà bien un mot qui illustre nos désirs après cette période si particulière : nous retrouver, partager, jouer, penser et prendre du plaisir ensemble.


Ensemble c’est aussi l’un des mots usuels des compositeurs. Pas tout à fait un orchestre ni un groupe de musique de chambre, juste une formation de musiciens qui se retrouvent ensemble, le temps d’une musique.


Pour cette première édition, les ensembles 2e2m, Cairn, Court-circuit, Multilatérale et Sillages unissent leurs forces, leur vivacité et leur inventivité.


Durant trois jours, chacun présentera un programme de son crû mettant en lumière des compositeurs de toutes générations, esthétiques et provenances confondues. En clôture, un sixième concert réunira les cinq ensembles sur scène autour d’œuvres en grande formation dont les créations de deux commandes : l’une au jeune compositeur Théo Mérigeau, l’autre à la Japonaise Noriko Baba, marraine de cette première édition.


Et, au-delà des concerts, les trois soirées seront ponctuées de « blablas et circonférences » pour échanger, discuter, dialoguer autour de ce qu’on a entendu mais aussi des enjeux qui ont conduit à la création du Festival Ensemble(s).


Continuer à créer, à inventer, à innover ensemble c’est résister aux choses qui passent, c’est en quelque sorte donner une permanence à ce qui disparaît, mais c’est aussi et surtout poursuivre cette quête de l’inouï qui ne peut être tournée que vers l’avenir.


Ensemble(s) c’est, comme son nom le suggère, un projet et un festival plein d’espoir.