Soir 3 -
Fernando Fiszbein, présentation du concert O!

le samedi 11 septembre,
à 18h30...

propos recueillis par
Corinne Schneider

Je voudrais d’abord profiter de cette présentation pour rendre hommage à tous les amis de ces cinq merveilleuses équipes rassemblées pour l’organisation de ces quatre journées de Festival et la réussite de ces rencontres. Nous sommes différents, mais nous nous accordons ; nous avons beaucoup de choses en commun, à commencer par ce goût de l’autre, cette curiosité de ce que fait l’autre et aussi la profonde sincérité – c’est quelque chose d’inexplicable mais de vrai – dans l’attention aux uns et aux autres. Je crois que c’est la signature de ce Festival.

Je voudrais d’abord profiter de cette présentation pour rendre hommage à tous les amis de ces cinq merveilleuses équipes rassemblées pour l’organisation de ces quatre journées de Festival et la réussite de ces rencontres.

Ce programme a d’abord été construit par « goût » : toutes les œuvres qui vont être jouées, nous les aimons profondément et nous les avons choisies pour les mondes singuliers qu’elles nous offrent. Plusieurs lignes conductrices se dégagent néanmoins. Dans ce programme, c’est plutôt ma génération qui est représentée par trois compositeurs qui viennent de passer la quarantaine : la compositrice autrichienne Eva Reiter (45 ans), le compositeur basque Inaki Estrada Torio (44 ans), et le compositeur tchèque Ondrej Adamek (42 ans), que j’ai rencontré et que je côtoie depuis nos études au Conservatoire de Paris. Je crois très fort en cette unité générationnelle, car je pense que nous partageons un certain « socle culturel » commun.

Nous sommes très heureux de présenter au public du Festival Ensemble(s) la nouvelle œuvre Arc aux Six couleurs pour flûte, clarinette, saxophone, piano, violon et violoncelle de la jeune compositrice française Manon Lepauvre.

Nous prenons soin avec les musiciens de l’ensemble Sillages d’accompagner au maximum les créateurs dans leur travail de composition en ne nous contentant pas de trois répétitions + concert. Nous avons d’abord réalisé un « laboratoire » à Brest autour de cette nouvelle œuvre, où sous la direction de la cheffe d’orchestre Lucie Leguay, Manon Lepauvre a pu entendre son œuvre et modifier les points qui lui semblaient nécessaires pour préciser son projet, sa pensée, en affiner la réalisation, donc le résultat sonore global. L’œuvre est créée ce soir pour la première fois en public puis va voyager. Nous la rejouons dans un mois à l’occasion d’un festival à Madrid, puis une troisième fois à Brest. Alors on peut vraiment dire que l’œuvre prend vie : nous l’inscrivons ainsi véritablement à notre répertoire.

Sur la composition du programme, nous avons également pris soin de tisser des liens entre les répertoires en nous appuyant sur une œuvre déjà inscrite dans l’histoire (Talea de Gérard Grisey), une œuvre très récente d’Ariadna Alsina Tarrès qui date de 2018 (Rêves circulaires qui prend sa source dans les Ruines circulaires de Borges) et enfin la création mondiale de Manon Lepauvre. Chacune de ces œuvres possède sa propre vie et leur cohabitation dans ce programme leur apporte une couleur particulière.

Soir 3 -
Fernando Fiszbein, présentation du concert O!

le samedi 11 septembre, à 19h30...

propos recueillis par Corinne Schneider

Nous avons composé ce programme un peu comme un tableau.

Ce qui implique de choisir une teinte, un jeu de contrastes, d’investir pleinement le processus de coloration et ses nuances, afin de créer ce qu’on pourrait appeler une “image sonore”. Deux œuvres dirigées, Talea de Gérard Grisey et Arc aux Six couleurs (création) de Manon Lepauvre, encadrent la pièce pour saxophone et électronique de la compositrice espagnole Ariadna Alsina Tarrès. Chacune de ces œuvres possède une forte coloration et un travail particulier sur le timbre.

Nous sommes très heureux de présenter au public du Festival Ensemble(s) la nouvelle œuvre Arc aux Six couleurs pour flûte, clarinette, saxophone, piano, violon et violoncelle de la jeune compositrice française Manon Lepauvre.

Nous prenons soin avec les musiciens de l’ensemble Sillages d’accompagner au maximum les créateurs dans leur travail de composition en ne nous contentant pas de trois répétitions + concert. Nous avons d’abord réalisé un « laboratoire » à Brest autour de cette nouvelle œuvre, où sous la direction de la cheffe d’orchestre Lucie Leguay, Manon Lepauvre a pu entendre son œuvre et modifier les points qui lui semblaient nécessaires pour préciser son projet, sa pensée, en affiner la réalisation, donc le résultat sonore global. L’œuvre est créée ce soir pour la première fois en public puis va voyager. Nous la rejouons dans un mois à l’occasion d’un festival à Madrid, puis une troisième fois à Brest. Alors on peut vraiment dire que l’œuvre prend vie : nous l’inscrivons ainsi véritablement à notre répertoire.
Sur la composition du programme, nous avons également pris soin de tisser des liens entre les répertoires en nous appuyant sur une œuvre déjà inscrite dans l’histoire (Talea de Gérard Grisey), une œuvre très récente d’Ariadna Alsina Tarrès qui date de 2018 (Rêves circulaires qui prend sa source dans les Ruines circulaires de Borges) et enfin la création mondiale de Manon Lepauvre. Chacune de ces œuvres possède sa propre vie et leur cohabitation dans ce programme leur apporte une couleur particulière.