Origine

5 Ensemble(s)

Pour ce concert final, les cinq ensembles se réunissent pour un effectif total de dix-huit musiciens et deux solistes. Autour de quatre compositeurs, le programme décline la question de l’Origine : origine d’une idée, d’un son, d’une sensation sonore.

 

Pour Hugues Dufourt, L’Origine du monde est avant tout l’origine d’une nouvelle écriture. La pièce donnera ainsi naissance à une série d’œuvres, plus harmoniques encore que les précédentes, explorant les questions de résonance et de propagation du son. Le piano est ici une origine (et nullement un soliste) qui fusionne avec le timbre des percussions avant de se prolonger dans la résonance de l’ensemble.

 

Mauro Lanza remonte aux origines des ondes radiophoniques, à ce que l’on a appelé les Numbers stations, de mystérieux canaux radio apparus durant la Première Guerre mondiale. The Lincolnshire Poacher tient son nom de l’une de ces stations et s’appuie sur les émissions cryptées de sons bruités, bruits d’ondes, code morse et autres bips improbables.

 

Pour Philippe Leroux, cette origine est aussi un départ, celui de son frère, disparu. Dans une itinérance sonore, parfois indécise, l’œuvre évoque une marche, celle sur le chemin que nous suivons, mais aussi une respiration, celle à l’origine de nos vies et qui, un jour, bascule vers l’entropie, également éternité temporelle sans limite ni fin.

 

L’origine de la création de Sofia Avramidou se trouve dans les contes anciens de son enfance, mais aussi ceux que le dramaturge McDonagh tente de recréer dans The Pillowman. Il sera question pour la compositrice de retranscrire, transposer peut-être, ces sensations intenses, intimes, propres aux contes qui sont peut-être pour chacun d’entre nous l’origine de notre sensibilité.

Direction-

Guillaume Bourgogne • Jean Deroyer •

Gonzalo Joaquin Bustos • Léo Warynski

Sophie Deshayes, flûte • Jean-Marc Liet, hautbois • Jean-Marc Fessard, Ayumi Mori, clarinettes • Loïc Chevandier, basson • Hugues Viallon, cor • Laurent Bômont, trompette • Félix Bacik, trombone • Hélène Colombotti, Hervé Trovel, percussions • Caroline Cren, Véronique Briel, pianos • Pieter Jansen, Constance Ronzatti, violons • Cécile Brossard, Claire Merlet, altos • Frédéric Baldassare, Alexa Ciciretti, violoncelles • Simon Drappier, contrebasse

18h • 1ère partie

Mauro Lanza

The Lincolnshire Poacher • création mondiale
commande du Festival Ensemble(s),
avec l’aide à l'écriture d’œuvre musicale originale

flûte, clarinette, percussion, piano/clavier, violon, alto, violoncelle et électronique

Direction • Guillaume Bourgogne

Philippe Leroux

...Ami...Chemin...Oser...Vie...

flûte, hautbois, 2 clarinettes, basson, cor, trompette, trombone, percussion, piano, 2 violons, alto, violoncelle, contrebasse

Direction • Jean Deroyer

En prélude...
Dai Fujikura

Turtle Totem

Takahiro Katayama, clarinette
étudiant au CNSMDP, DAI répertoire contemporain

19h30 • 2ème partie

Sofia Avramidou

A hug to die • création mondiale
commande du Festival Ensemble(s),
avec le soutien de la Sacem

flûte, clarinette, percussion, piano/clavier, violon, alto, violoncelle, contrebasse

Direction • Gonzalo Joaquin Bustos

 

Hugues Dufourt

L’Origine du monde

piano, flûte, hautbois, clarinette, basson, cor, trompette, trombone, percussions, 2 violons, alto, violoncelle, contrebasse

Direction • Léo Warynski

En prélude...
Thierry De Mey

Silence must be ! 2

chef solo et bande

Morgan Laplace Mermoud,
étudiant au CNSMDP, DAI répertoire contemporain

Entre deux concerts, assistez à l’enregistrement du podcast du Festival et suivez en direct les échanges entre Corinne Schneider, musicologue et productrice à France Musique, et les artistes invités.

Le Studio du Festival

avec Corinne Schneider

Origine

5 Ensemble(s)

Pour ce concert final, les cinq ensembles se réunissent pour un effectif total de dix-huit musiciens et deux solistes. Autour de quatre compositeurs, le programme décline la question de l’Origine : origine d’une idée, d’un son, d’une sensation sonore.

 

Pour Hugues Dufourt, L’Origine du monde est avant tout l’origine d’une nouvelle écriture. La pièce donnera ainsi naissance à une série d’œuvres, plus harmoniques encore que les précédentes, explorant les questions de résonance et de propagation du son. Le piano est ici une origine (et nullement un soliste) qui fusionne avec le timbre des percussions avant de se prolonger dans la résonance de l’ensemble.

 

Mauro Lanza remonte aux origines des ondes radiophoniques, à ce que l’on a appelé les Numbers stations, de mystérieux canaux radio apparus durant la Première Guerre mondiale. The Lincolnshire Poacher tient son nom de l’une de ces stations et s’appuie sur les émissions cryptées de sons bruités, bruits d’ondes, code morse et autres bips improbables.

 

Pour Philippe Leroux, cette origine est aussi un départ, celui de son frère, disparu. Dans une itinérance sonore, parfois indécise, l’œuvre évoque une marche, celle sur le chemin que nous suivons, mais aussi une respiration, celle à l’origine de nos vies et qui, un jour, bascule vers l’entropie, également éternité temporelle sans limite ni fin.

 

L’origine de la création de Sofia Avramidou se trouve dans les contes anciens de son enfance, mais aussi ceux que le dramaturge McDonagh tente de recréer dans The Pillowman. Il sera question pour la compositrice de retranscrire, transposer peut-être, ces sensations intenses, intimes, propres aux contes qui sont peut-être pour chacun d’entre nous l’origine de notre sensibilité.

Direction-

Guillaume Bourgogne • Jean Deroyer • Gonzalo Joaquin Bustos • Léo Warynski

 

Sophie Deshayes, flûte • Jean-Marc Liet, hautbois • Jean-Marc Fessard, Ayumi Mori, clarinettes • Loïc Chevandier, basson • Hugues Viallon, cor • Laurent Bômont, trompette • Félix Bacik, trombone • Hélène Colombotti, Hervé Trovel, percussions • Caroline Cren, Véronique Briel, pianos • Pieter Jansen, Constance Ronzatti, violons • Cécile Brossard, Claire Merlet, altos • Frédéric Baldassare, Alexa Ciciretti, violoncelles • Simon Drappier, contrebasse

18h • 1ère partie

Mauro Lanza

The Lincolnshire Poacher
création mondiale
commande du Festival Ensemble(s), avec l’aide à l'écriture d’œuvre musicale originale

flûte, clarinette, percussion, piano/clavier, violon, alto, violoncelle et électronique
Direction • Guillaume Bourgogne

Philippe Leroux

...Ami...Chemin...Oser...Vie...

flûte, hautbois, 2 clarinettes, basson, cor, trompette, trombone, percussion, piano, 2 violons, alto, violoncelle, contrebasse

Direction • Jean Deroyer

En prélude...

Dai Fujikura

Turtle Totem

Takahiro Katayama, clarinette
étudiant au CNSMDP, DAI répertoire contemporain

19h30 • 2ème partie

Sofia Avramidou

A hug to die
création mondiale
commande du Festival Ensemble(s), , avec le soutien de la Sacem

flûte, clarinette, percussion, piano/clavier, violon, alto, violoncelle, contrebasse 

Direction • Gonzalo Joaquin Bustos

Hugues Dufourt

L’Origine du monde

piano, flûte, hautbois, clarinette, basson, cor, trompette, trombone, percussions, 2 violons, alto, violoncelle, contrebasse

Direction • Léo Warynski

En prélude...

Thierry De Mey

Silence must be ! 2

chef solo et bande

Morgan Laplace Mermoud,
étudiant au CNSMDP, DAI répertoire contemporain

Le Studio du Festival

avec Corinne Schneider

Entre deux concerts, assistez à l’enregistrement du podcast du Festival et suivez en direct les échanges entre Corinne Schneider, musicologue et productrice à France Musique, et les artistes invités.

Origine

5 Ensemble(s)

Pour ce concert final, les cinq ensembles se réunissent pour un effectif total de dix-huit musiciens et deux solistes. Autour de quatre compositeurs, le programme décline la question de l’Origine : origine d’une idée, d’un son, d’une sensation sonore.

 

Pour Hugues Dufourt, L’Origine du monde est avant tout l’origine d’une nouvelle écriture. La pièce donnera ainsi naissance à une série d’œuvres, plus harmoniques encore que les précédentes, explorant les questions de résonance et de propagation du son. Le piano est ici une origine (et nullement un soliste) qui fusionne avec le timbre des percussions avant de se prolonger dans la résonance de l’ensemble.

 

Mauro Lanza remonte aux origines des ondes radiophoniques, à ce que l’on a appelé les Numbers stations, de mystérieux canaux radio apparus durant la Première Guerre mondiale. The Lincolnshire Poacher tient son nom de l’une de ces stations et s’appuie sur les émissions cryptées de sons bruités, bruits d’ondes, code morse et autres bips improbables.

 

Pour Philippe Leroux, cette origine est aussi un départ, celui de son frère, disparu. Dans une itinérance sonore, parfois indécise, l’œuvre évoque une marche, celle sur le chemin que nous suivons, mais aussi une respiration, celle à l’origine de nos vies et qui, un jour, bascule vers l’entropie, également éternité temporelle sans limite ni fin.

 

L’origine de la création de Sofia Avramidou se trouve dans les contes anciens de son enfance, mais aussi ceux que le dramaturge McDonagh tente de recréer dans The Pillowman. Il sera question pour la compositrice de retranscrire, transposer peut-être, ces sensations intenses, intimes, propres aux contes qui sont peut-être pour chacun d’entre nous l’origine de notre sensibilité.

18h • 1ère partie

Mauro Lanza

The Lincolnshire Poacher
création mondiale
commande Festival Ensemble(s),
avec l’aide à l'écriture d’œuvre musicale originale

flûte, clarinette, percussion, piano/clavier, violon, alto, violoncelle et électronique
Direction • Guillaume Bourgogne

Philippe Leroux

...Ami...Chemin...Oser...Vie...

flûte, hautbois, 2 clarinettes, basson, cor, trompette, trombone, percussion, piano, 2 violons, alto, violoncelle, contrebasse
Direction • Jean Deroyer

En prélude...

Dai Fujikura

Turtle Totem

Takahiro Katayama, clarinette

étudiant au CNSMDP, DAI répertoire contemporain

19h30 • 2ème partie

Sofia Avramidou

A hug to die
création mondiale
commande Festival Ensemble(s),
avec le soutien de la Sacem

flûte, clarinette, percussion, piano/clavier, violon, alto, violoncelle, contrebasse 
Direction • Gonzalo Joaquin Bustos

Hugues Dufourt

L’Origine du monde

piano, flûte, hautbois, clarinette, basson, cor, trompette, trombone, percussions, 2 violons, alto, violoncelle, contrebasse
Direction • Léo Warynski

En prélude...

Thierry De Mey

Silence must be ! 2

chef solo et bande

Morgan Laplace Mermoud,

étudiant au CNSMDP, DAI répertoire contemporain

Direction-

Guillaume Bourgogne • Jean Deroyer • Gonzalo Joaquin Bustos • Léo Warynski

 

Sophie Deshayes, flûte • Jean-Marc Liet, hautbois • Jean-Marc Fessard, Ayumi Mori, clarinettes • Loïc Chevandier, basson • Hugues Viallon, cor • Laurent Bômont, trompette • Félix Bacik, trombone • Hélène Colombotti, Hervé Trovel, percussions • Caroline Cren, Véronique Briel, pianos • Pieter Jansen, Constance Ronzatti, violons • Cécile Brossard, Claire Merlet, altos • Frédéric Baldassare, Alexa Ciciretti, violoncelles • Simon Drappier, contrebasse

Le Studio
du Festival

avec Corinne Schneider

Entre deux concerts, assistez à l’enregistrement du podcast du Festival et suivez en direct les échanges entre Corinne Schneider, musicologue et productrice à France Musique, et les artistes invités.