19h30

Teatro

Multilatérale

Si le théâtre est un « lieu où l’on regarde », le concert serait un « lieu où l’on écoute ». Ne fait-on qu’écouter pour l’un et regarder pour l’autre ? Chez Georges Aperghis, dans Fidélité, ou bien chez Francesco Filidei, dans I Funerali dell’Anarchico Serantini, le son prédomine-t-il réellement sur l’action qui se déroule sous nos yeux ? Les deux Déserts pour piano solo de Giulia Lorusso, par le retour de l’interprète à différents instants du « concert-spectacle », ne deviennent-ils pas un personnage à part entière ? La pièce de Vinko Globokar, ?Corporel, ne relève-t-elle pas plus de la performance que de la musique ou du théâtre ? Et pour finir, que nous réserve l’œuvre de Stylianos Dimou qui sera donnée en création lors de cette soirée « théâtro-musicale » ?

 

Afin que ces questions ne se posent plus, le metteur en scène Raphaël Haberberg a décidé de s’emparer de ce programme pour nous montrer à quelle point les frontières entre ces deux genres sont beaucoup plus poreuses que ce qu’elles semblent être.

Direction, Yann Robin

Matteo Cesari, flûte • Bogdan Sydorenko, clarinette • Cyril Ciabaud, interprète • Aurélie Saraf, harpe • Lise Baudouin, piano • Léo Marillier, violon • Pablo Tognan, violoncelle

Mise en scène, Raphaël Haberberg

Vinko Globokar

?Corporel

un interprète et son corps

Giulia Lorusso

Déserts 1–Wadi Rum
piano solo

Stylianos Dimou

aux déBris • création mondiale

flûte, clarinette, harpe, piano, violon, contrebasse

Georges Aperghis

Fidelité - Tryptique n°3
harpe et un acteur

Giulia Lorusso

Déserts 3–Atacama
piano solo

Francesco Filidei

I Funerali dell’Anarchico Serantini
6 interprètes
En prélude...
Florent Caron Darras
Célestiel
Selma Hadj-Vauclin, harpe,
élève au Conservatoire Charles Munch, Paris XI
Entre deux concerts, rendez-vous dans le hall pour rencontrer et échanger avec les compositeur•rice•s, ainsi que les interprètes. Un dialogue convivial orchestré par Corinne Schneider, musicologue et productrice à France Musique.

Causette à la buvette

avec Corinne Schneider

21h30

Coloration

Sillages

Créer une image sonore, composer un tableau, implique de choisir un jeu de contrastes et d’investir pleinement le processus de coloration et ses nuances. Les œuvres Talea de Gérard Grisey, Rêves circulaires d’Ariadna Alsina et la création Arc aux Six Couleurs de Manon Lepauvre proposent trois approches de ces techniques.

 

Aux origines du geste musical même de « color », Talea revisite et modernise ce rapport mélodique corrélé intimement à une structure rythmique, dont il s’émancipe par différence.

 

Les Rêves circulaires transcendent illusion et réalité, en estompant les lignes qui les séparent : les textures sonores, résultat de feuilletage et de recoupements, créent un jeu de miroir où la qualité complexe des couleurs nous mènent vers l’abstraction et le rêve.

 

Arc aux Six Couleurs, pour six instrumentistes, écrit en sept parties comme autant de tableaux, traite spécifiquement chaque couleur instrumentale pour en explorer toutes les facettes, à l’image des pièces d’or qui étincellent dans le coffre à trésor qui est caché au pied de l’arc-en-ciel.

Direction, Lucie Leguay -cheffe invitée

Sophie Deshayes, flûte • Jean-Marc Fessard, clarinette • Stéphane Sordet, saxophone • Vincent Leterme, piano •
Léo Belthoise, violon • Ingrid Schoenlaub, violoncelle

Gérard Grisey

Talea
flûte, clarinette, piano, violon, violoncelle

Ariadna Alsina Tarrés

Rêves circulaires
saxophone et électronique

Manon Lepauvre

Arc aux Six Couleurs • création mondiale
flûte, clarinette, saxophone, piano, violon, violoncelle
En prélude...
Maël Bailly
D’une étincelle
Violaine Willem, alto et Simona Castria, saxophone, étudiantes au CNSMDP, DAI répertoire contemporain

19h30

Teatro

Multilatérale

Si le théâtre est un « lieu où l’on regarde », le concert serait un « lieu où l’on écoute ». Ne fait-on qu’écouter pour l’un et regarder pour l’autre ? Chez Georges Aperghis, dans Fidélité, ou bien chez Francesco Filidei, dans I Funerali dell’Anarchico Serantini, le son prédomine-t-il réellement sur l’action qui se déroule sous nos yeux ? Les deux Déserts pour piano solo de Giulia Lorusso, par le retour de l’interprète à différents instants du « concert-spectacle », ne deviennent-ils pas un personnage à part entière ? La pièce de Vinko Globokar, ?Corporel, ne relève-t-elle pas plus de la performance que de la musique ou du théâtre ? Et pour finir, que nous réserve l’œuvre de Stylianos Dimou qui sera donnée en création lors de cette soirée « théâtro-musicale » ?

 

Afin que ces questions ne se posent plus, le metteur en scène Raphaël Haberberg a décidé de s’emparer de ce programme pour nous montrer à quelle point les frontières entre ces deux genres sont beaucoup plus poreuses que ce qu’elles semblent être.

Direction, Yann Robin

Matteo Cesari, flûte • Bogdan Sydorenko, clarinette • Cyril Ciabaud, interprète • Aurélie Saraf, harpe • Lise Baudouin, piano • Léo Marillier, violon • Pablo Tognan, violoncelle

Mise en scène, Raphaël Haberberg

Vinko Globokar

?Corporel

un interprète et son corps

Giulia Lorusso

Déserts 1–Wadi Rum

piano solo

Stylianos Dimou

aux déBris • création mondiale

flûte, clarinette, harpe, piano, violon, contrebasse

Georges Aperghis

Fidelité - Tryptique n°3

harpe et un acteur

Giulia Lorusso

Déserts 3–Atacama

piano solo

Francesco Filidei

I Funerali dell’Anarchico Serantini

6 interprètes

En prélude...

Florent Caron Darras
Célestiel
Selma Hadj-Vauclin, harpe,
élève au Conservatoire Charles Munch, Paris XI
Entre deux concerts, rendez-vous dans le hall pour rencontrer et échanger avec les compositeur•rice•s, ainsi que les interprètes. Un dialogue convivial orchestré par Corinne Schneider, musicologue et productrice à France Musique.

Causette à la buvette

avec Corinne Schneider

21h30

Coloration

Sillages

Créer une image sonore, composer un tableau, implique de choisir un jeu de contrastes et d’investir pleinement le processus de coloration et ses nuances. Les œuvres Talea de Gérard Grisey, Rêves circulaires d’Ariadna Alsina et la création Arc aux Six Couleurs de Manon Lepauvre proposent trois approches de ces techniques.


Aux origines du geste musical même de « color », Talea revisite et modernise ce rapport mélodique corrélé intimement à une structure rythmique, dont il s’émancipe par différence.


Les Rêves circulaires transcendent illusion et réalité, en estompant les lignes qui les séparent : les textures sonores, résultat de feuilletage et de recoupements, créent un jeu de miroir où la qualité complexe des couleurs nous mènent vers l’abstraction et le rêve.


Arc aux Six Couleurs, pour six instrumentistes, écrit en sept parties comme autant de tableaux, traite spécifiquement chaque couleur instrumentale pour en explorer toutes les facettes, à l’image des pièces d’or qui étincellent dans le coffre à trésor qui est caché au pied de l’arc-en-ciel.

Gérard Grisey

Talea

flûte, clarinette, piano, violon, violoncelle

Ariadna Alsina Tarrés

Rêves circulaires

saxophone et électronique

Manon Lepauvre

Arc aux Six Couleurs • création mondiale

flûte, clarinette, saxophone, piano, violon, violoncelle
Direction, Lucie Leguay -cheffe invitée

Sophie Deshayes, flûte • Jean-Marc Fessard, clarinette • Stéphane Sordet, saxophone • Vincent Leterme, piano • Léo Belthoise, violon • Ingrid Schoenlaub, violoncelle

En prélude...

Maël Bailly
D’une étincelle
Violaine Willem, alto et Simona Castria, saxophone, étudiantes au CNSMDP, DAI répertoire contemporain

19h30

Teatro

Multilatérale

Si le théâtre est un « lieu où l’on regarde », le concert serait un « lieu où l’on écoute ». Ne fait-on qu’écouter pour l’un et regarder pour l’autre ? Chez Georges Aperghis, dans Fidélité, ou bien chez Francesco Filidei, dans I Funerali dell’Anarchico Serantini, le son prédomine-t-il réellement sur l’action qui se déroule sous nos yeux ? Les deux Déserts pour piano solo de Giulia Lorusso, par le retour de l’interprète à différents instants du « concert-spectacle », ne deviennent-ils pas un personnage à part entière ? La pièce de Vinko Globokar, ?Corporel, ne relève-t-elle pas plus de la performance que de la musique ou du théâtre ? Et pour finir, que nous réserve l’œuvre de Stylianos Dimou qui sera donnée en création lors de cette soirée « théâtro-musicale » ?


Afin que ces questions ne se posent plus, le metteur en scène Raphaël Haberberg a décidé de s’emparer de ce programme pour nous montrer à quelle point les frontières entre ces deux genres sont beaucoup plus poreuses que ce qu’elles semblent être.

Vinko Globokar

?Corporel

un interprète et son corps

Giulia Lorusso

Déserts 1–Wadi Rum

piano solo

Stylianos Dimou

aux déBris • création mondiale

flûte, clarinette, harpe, piano, violon, contrebasse

Georges Aperghis

Fidelité - Tryptique n°3

harpe et un acteur

Giulia Lorusso

Déserts 3–Atacama

piano solo

Francesco Filidei

I Funerali dell’Anarchico Serantini

6 interprètes
Direction, Yann Robin

Matteo Cesari, flûte
Bogdan Sydorenko, clarinette
Cyril Ciabaud, interprète
Aurélie Saraf, harpe
Lise Baudouin, piano
Léo Marillier, violon
Pablo Tognan, violoncelle

Mise en scène, Raphaël Haberberg

En prélude...

Florent Caron Darras
Célestiel
Selma Hadj-Vauclin, harpe,
élève au Conservatoire Charles Munch, Paris XI

Causette
à la buvette

avec Corinne Schneider

Entre deux concerts, rendez-vous dans le hall pour rencontrer et échanger avec les compositeur•rice•s, ainsi que les interprètes. Un dialogue convivial orchestré par Corinne Schneider, musicologue et productrice à France Musique.

21h30

Coloration

Sillages

Créer une image sonore, composer un tableau, implique de choisir un jeu de contrastes et d’investir pleinement le processus de coloration et ses nuances. Les œuvres Talea de Gérard Grisey, Rêves circulaires d’Ariadna Alsina et la création Arc aux Six Couleurs de Manon Lepauvre proposent trois approches de ces techniques.

Aux origines du geste musical même de « color », Talea revisite et modernise ce rapport mélodique corrélé intimement à une structure rythmique, dont il s’émancipe par différence.

Les Rêves circulaires transcendent illusion et réalité, en estompant les lignes qui les séparent : les textures sonores, résultat de feuilletage et de recoupements, créent un jeu de miroir où la qualité complexe des couleurs nous mènent vers l’abstraction et le rêve.

Arc aux Six Couleurs, pour six instrumentistes, écrit en sept parties comme autant de tableaux, traite spécifiquement chaque couleur instrumentale pour en explorer toutes les facettes, à l’image des pièces d’or qui étincellent dans le coffre à trésor qui est caché au pied de l’arc-en-ciel.

Gérard Grisey

Talea

flûte, clarinette, piano, violon, violoncelle

Ariadna Alsina Tarrés

Rêves circulaires

saxophone et électronique

Manon Lepauvre

Arc aux Six Couleurs
création mondiale

flûte, clarinette, saxophone, piano, violon, violoncelle
Direction, Lucie Leguay -cheffe invitée

Sophie Deshayes, flûte
Jean-Marc Fessard, clarinette
Stéphane Sordet, saxophone
Vincent Leterme, piano
Léo Belthoise, violon
Ingrid Schoenlaub, violoncelle

En prélude...

Maël Bailly
D’une étincelle
Violaine Willem, alto
et Simona Castria, saxophone,
étudiantes au CNSMDP,
DAI répertoire contemporain