20h

Entrelacs

Multilatérale

Comment des œuvres, d’un point de vue poétique et symbolique, se répondent-elles ? Si ces résonances existent, sont-elles pertinentes d’un point de vue perceptif ? Le pari de ce programme est de tenter de donner une réponse à la question d’un équilibre possible à travers le choix de l’instrumentation et de la personnalité des solistes qui s’approprieront ces quatre mondes sonores. L’inconnue est d’autant plus grande quand la variable d’une création est introduite. Et c’est ici le cas avec la commande passée à Michael Seltenreich dont nous ne connaissons pas encore la teneur du propos musical. Comment cette œuvre en gestation apparaîtra aux côtés de l’explosif Edges de Franck Bedrossian ou bien face à l’Ombre portée d’Hugues Dufourt ? Peut-être qu’Entrelacs de Yan Maresz, dont Seltenreich emprunte la formation, créera cet entrelacement des œuvres et répondra en partie à la question initiale de la résonance des œuvres entre elles.

En prélude...
R. Murray Schafer

La Couronne d’Ariane • Mvt 7- Danse du labyrinthe

duo harpes et petites percussions

Selma Hadj-Vauclin et Irina Noussenbaum, élèves au Conservatoire Charles Munch, Paris XI

Michael Seltenreich

Ornamentation 2 • création mondiale
commande de Multilatérale
flûte, clarinette, percussion, piano, harpe, violoncelle, contrebasse

Hugues Dufourt

Ombre portée
violoncelle solo

Franck Bedrossian

Edges

piano et percussion

Yan Maresz

Entrelacs
flûte, clarinette, percussion, piano, violoncelle, contrebasse

Direction- Léo Warynski

Matteo Cesari, flûte • Alain Billard, clarinette • Hélène Colombotti, percussion • Lise Baudouin, piano • Aurélie Saraf, harpe • Pablo Tognan, violoncelle • Nicolas Crosse, contrebasse

Entre deux concerts, assistez à l’enregistrement du podcast du Festival et suivez en direct les échanges entre Corinne Schneider, musicologue et productrice à France Musique, et les artistes invités.

Le Studio du Festival

avec Corinne Schneider

21h30

Transparence(s)

2e2m

Il sera question dans ce programme de visible et d’invisible, d’apparence et de transparence. Mais aussi d’impermanence, d’évanescence, jusqu’à une certaine esthétique de la disparition, du silence, du vide. Le vide entendu ici dans son acception bouddhique telle qu’explorée par la Japonaise Sanae Ishida dans sa création Entre couleur et vide. À savoir : la vacuité de toute chose et de tout phénomène, non pas au sens de leur non-existence, mais de l’absence de caractère substantiel, fixe et permanent.

 

Une ambiguïté entre monde visible et invisible qui transparaît également en filigrane à travers ce programme par les transpositions ou parallélismes entre images visuelles et domaine sonore – Sebastian Rivas, Hugues Dufourt, Frédéric Durieux – et inversement – avec les vidéos de Yann Chapotel imaginées pour The Skin of the onion de Mauro Lanza et L’ombre d’un doute de Sebastian Rivas.

En prélude...
Alexandros Markeas

Quelques lignes

Nanami Okuda, saxophone et Miho Kiyokawa, piano

étudiantes au CNSMDP, DAI répertoire contemporain

Sebastian Rivas

L'ombre d'un doute

clarinette, piano, violon, violoncelle

création vidéo • Yann Chapotel

Frédéric Durieux

Übersicht III

saxophone, percussion, piano

Mauro Lanza

The skin of the Onion

flûte, clarinette, percussion, piano, violon, violoncelle

création vidéo • Yann Chapotel

Hugues Dufourt

Les courants polyphoniques d'après Klee
quatuor de saxophones

Sanae Ishida

Entre couleur et vide • création mondiale
commande de 2e2m, avec le soutien de la Sacem
soprano, saxophones, percussion/piano, violon

Direction- Alphonse Cemin • Léo Margue

 

Shigeko Hata, soprano • Jean-Philippe Grometto, flûte • Véronique Fèvre, clarinette • Philippe Caillot, Juliette Herbet, Pierre-Stéphane Meugé, Romain Tallet, saxophones • Clément Delmas, Jean-Baptiste Bonnard, percussions • Chae Um Kim, Sophie Patey, pianos • Dorothée Nodé-Langlois, violon • Sarah Givelet, violoncelle

20h

Entrelacs

Multilatérale

Comment des œuvres, d’un point de vue poétique et symbolique, se répondent-elles ? Si ces résonances existent, sont-elles pertinentes d’un point de vue perceptif ? Le pari de ce programme est de tenter de donner une réponse à la question d’un équilibre possible à travers le choix de l’instrumentation et de la personnalité des solistes qui s’approprieront ces quatre mondes sonores. L’inconnue est d’autant plus grande quand la variable d’une création est introduite. Et c’est ici le cas avec la commande passée à Michael Seltenreich dont nous ne connaissons pas encore la teneur du propos musical. Comment cette œuvre en gestation apparaîtra aux côtés de l’explosif Edges de Franck Bedrossian ou bien face à l’Ombre portée d’Hugues Dufourt ? Peut-être qu’Entrelacs de Yan Maresz, dont Seltenreich emprunte la formation, créera cet entrelacement des œuvres et répondra en partie à la question initiale de la résonance des œuvres entre elles.

En prélude...

R. Murray Schafer

La Couronne d’Ariane

Mvt 7- Danse du labyrinthe

duo harpes et petites percussions

Selma Hadj-Vauclin et Irina Noussenbaum, élèves au Conservatoire Charles Munch, Paris XI

Michael Seltenreich

Ornamentation 2 • création mondiale

commande de Multilatérale

flûte, clarinette, percussion, piano, harpe, violoncelle, contrebasse

Hugues Dufourt

Ombre portée

violoncelle solo

Franck Bedrossian

Edges

piano et percussion

Yan Maresz

Entrelacs

flûte, clarinette, percussion, piano, violoncelle, contrebasse

Direction- Léo Warynski

 

Matteo Cesari, flûte • Alain Billard, clarinette • Hélène Colombotti, percussion • Lise Baudouin, piano • Aurélie Saraf, harpe • Pablo Tognan, violoncelle • Nicolas Crosse, contrebasse

Entre deux concerts, assistez à l’enregistrement du podcast du Festival et suivez en direct les échanges entre Corinne Schneider, musicologue et productrice à France Musique, et les artistes invités.

Le Studio du Festival

avec Corinne Schneider

21h30

Transparence(s)

2e2m

Il sera question dans ce programme de visible et d’invisible, d’apparence et de transparence. Mais aussi d’impermanence, d’évanescence, jusqu’à une certaine esthétique de la disparition, du silence, du vide. Le vide entendu ici dans son acception bouddhique telle qu’explorée par la Japonaise Sanae Ishida dans sa création Entre couleur et vide. À savoir : la vacuité de toute chose et de tout phénomène, non pas au sens de leur non-existence, mais de l’absence de caractère substantiel, fixe et permanent.

 

Une ambiguïté entre monde visible et invisible qui transparaît également en filigrane à travers ce programme par les transpositions ou parallélismes entre images visuelles et domaine sonore – Sebastian Rivas, Hugues Dufourt, Frédéric Durieux – et inversement – avec les vidéos de Yann Chapotel imaginées pour The Skin of the onion de Mauro Lanza et L’ombre d’un doute de Sebastian Rivas.

En prélude...

Alexandros Markeas

Quelques lignes

Nanami Okuda, saxophone

et Miho Kiyokawa, piano

étudiantes au CNSMDP, DAI répertoire contemporain

Sebastian Rivas

L'ombre d'un doute

clarinette, piano, violon, violoncelle

création vidéo • Yann Chapotel

Frédéric Durieux

Übersicht III

saxophone, percussion, piano

Mauro Lanza

The skin of the Onion

flûte, clarinette, percussion, piano, violon, violoncelle

création vidéo • Yann Chapotel

Hugues Dufourt

Les courants polyphoniques d'après Klee

quatuor de saxophones

Sanae Ishida

Entre couleur et vide • création mondiale

commande de 2e2m,
avec le soutien de la Sacem

soprano, saxophones, percussion/piano, violon

Direction- Alphonse Cemin • Léo Margue

 

Shigeko Hata, soprano • Jean-Philippe Grometto, flûte • Véronique Fèvre, clarinette • Philippe Caillot, Juliette Herbet, Pierre-Stéphane Meugé, Romain Tallet, saxophones • Clément Delmas, Jean-Baptiste Bonnard, percussions • Chae Um Kim, Sophie Patey, pianos • Dorothée Nodé-Langlois, violon • Sarah Givelet, violoncelle

20h

Entrelacs

Multilatérale

Comment des œuvres, d’un point de vue poétique et symbolique, se répondent-elles ? Si ces résonances existent, sont-elles pertinentes d’un point de vue perceptif ? Le pari de ce programme est de tenter de donner une réponse à la question d’un équilibre possible à travers le choix de l’instrumentation et de la personnalité des solistes qui s’approprieront ces quatre mondes sonores. L’inconnue est d’autant plus grande quand la variable d’une création est introduite. Et c’est ici le cas avec la commande passée à Michael Seltenreich dont nous ne connaissons pas encore la teneur du propos musical. Comment cette œuvre en gestation apparaîtra aux côtés de l’explosif Edges de Franck Bedrossian ou bien face à l’Ombre portée d’Hugues Dufourt ? Peut-être qu’Entrelacs de Yan Maresz, dont Seltenreich emprunte la formation, créera cet entrelacement des œuvres et répondra en partie à la question initiale de la résonance des œuvres entre elles.

Michael Seltenreich

Ornamentation 2 • création mondiale

commande de Multilatérale

flûte, clarinette, percussion, piano, harpe, violoncelle, contrebasse

Hugues Dufourt

Ombre portée

violoncelle solo

Franck Bedrossian

Edges

piano et percussion

Yan Maresz

Entrelacs

flûte, clarinette, percussion, piano, violoncelle, contrebasse

Direction- Léo Warynski

Matteo Cesari, flûte • Alain Billard, clarinette • Hélène Colombotti, percussion • Lise Baudouin, piano • Aurélie Saraf, harpe • Pablo Tognan, violoncelle • Nicolas Crosse, contrebasse

En prélude...

R. Murray Schafer

La Couronne d’Ariane

Mvt 7- Danse du labyrinthe

duo harpes et petites percussions

Selma Hadj-Vauclin

et Irina Noussenbaum,

élèves au Conservatoire Charles Munch, Paris XI

Le Studio
du Festival

avec Corinne Schneider

Entre deux concerts, assistez à l’enregistrement du podcast du Festival et suivez en direct les échanges entre Corinne Schneider, musicologue et productrice à France Musique, et les artistes invités.

21h30

Transparence(s)

2e2m

Il sera question dans ce programme de visible et d’invisible, d’apparence et de transparence. Mais aussi d’impermanence, d’évanescence, jusqu’à une certaine esthétique de la disparition, du silence, du vide. Le vide entendu ici dans son acception bouddhique telle qu’explorée par la Japonaise Sanae Ishida dans sa création Entre couleur et vide. À savoir : la vacuité de toute chose et de tout phénomène, non pas au sens de leur non-existence, mais de l’absence de caractère substantiel, fixe et permanent.

 

Une ambiguïté entre monde visible et invisible qui transparaît également en filigrane à travers ce programme par les transpositions ou parallélismes entre images visuelles et domaine sonore – Sebastian Rivas, Hugues Dufourt, Frédéric Durieux – et inversement – avec les vidéos de Yann Chapotel imaginées pour The Skin of the onion de Mauro Lanza et L’ombre d’un doute de Sebastian Rivas.

Sebastian Rivas

L'ombre d'un doute

clarinette, piano, violon, violoncelle

création vidéo • Yann Chapotel

Frédéric Durieux

Übersicht III

saxophone, percussion, piano

Mauro Lanza

The skin of the Onion

flûte, clarinette, percussion, piano, violon, violoncelle

création vidéo • Yann Chapotel

Hugues Dufourt

Les courants polyphoniques
d'après Klee

quatuor de saxophones

Sanae Ishida

Entre couleur et vide

création mondiale
commande de 2e2m,
avec le soutien de la Sacem

soprano, saxophones, percussion/piano, violon

Direction

Alphonse Cemin • Léo Margue

 

Shigeko Hata, soprano Jean-Philippe Grometto, flûte • Véronique Fèvre, clarinette • Philippe Caillot, Juliette Herbet, Pierre-Stéphane Meugé, Romain Tallet, saxophones • Clément Delmas, Jean-Baptiste Bonnard, percussions • Chae Um Kim, Sophie Patey, pianos • Dorothée Nodé-Langlois, violon • Sarah Givelet, violoncelle

En prélude...

Alexandros Markeas

Quelques lignes

Nanami Okuda, saxophone

et Miho Kiyokawa, piano

étudiantes au CNSMDP,

DAI répertoire contemporain